KaZeo
Fermer
  Créer son blog KaZeo Dimanche 20 avril 2014   Ste Odette  
Mahi
   
 A propos de moi
 Mon pseudo : mahi
 Me contacter
 En savoir plus sur moi
 
 Mes rubriques
 Articles
 
 Parrainage
Titre de votre futur blog :
 
 
 Sommaire des articles de cette rubrique
   
 " Le Moussem des fiançailles d'Imilchil "

        

 

                              Une attraction tout particulièrement charmante

                                         " Le Moussem des fiançailles d'Imilchil "

                                                     2ème Semaine septembre

 

                              Le face à face    ou     le côte à côte 

 

Se marier au Maroc, c'est mener à bien de très minutieuses stratégies économiques politiques et sociales. Quand on fouille bien dans les rites et coutumes afférentes aux mariages, on leur trouve toujours de très bonnes raisons, conditionnées par le statut de la terre, les guerres intertribales ou leur éventualité et les raisons internes aux différents groupes familiaux qui sone extrêmement stratifié.

Les mariages au Maroc sont aussi un ensemble de rites et de vécus qui donnent lieu à des cérémonies hautes en couleurs ou le folklore trouve son compte. Ils forment l'ossature d'une société.

 

Il est devenu d'usage lorsqu'on parle de la relation entre l'homme et la femme d'exprimer le souhait  " qu'ils soient côte à côte et non face à face ".

 

L'affirmation  " côte à côte", c'est le cas en général de notre société séduit particulièrement les personnes habituées à vivre et surtout, à penser, en communauté, en famille. L’individu est pris en charge sur le plan mental par le groupe familial. En un sens, l'individu n'est pas reconnu par notre société en tant qu'entité distincte sur le plan conceptuel. Il est constamment défini par rapport à un groupe. C'est un chois dicté par la tradition: à savoir la sécurité que procure la voie communautaire au prix de l'effacement de l'individualité.

 

Le face à face fait émerger deux personnes distinctes du brouillard des relations sociales pendant le laps de temps qu'il dure: Et pendant, un courant communicationnel les lie alors tout en les distinguant. Le face à face émerge la différence nécessaire à l'épanouissement. Le face à face force à la distinction, il isole, il oblige à s'interroger sur soi-même sur l'autre, sur les autres.

C'est le Moussem d ‘Imilchil qui a inspiré cette réflexion, il est connu surtout en tant que rituel favorisant la formation de couples d'une région.

 

Imilchil est, en un sens, un mythe qui séduit beaucoup les jeunes. Une relation nouée dans des conditions pareilles (rencontrer l'élu (e) du cœur sur une scène ou toute influence familiale est supprimée) entraînerait  la constitution d'un couple réellement autonome formé par deux individualités qui pourrait s'opposer ou du moins s'imposer au groupe.

 

Au fait, la raison d'être du Moussem d'Imilchil est plus prosaïquement d'ordre pratique. Les tribus Berbères du plateau des lacs, étant économiquement faibles et très éloignées les unes des autres, semblent avoir choisi cette formule du Moussem pour réduire en partie les déplacements et les tractations financières qui précèdent les mariages. 

 

 

Le mariage :

Origines des ait Hdidou :

C'est au 17é siècle, sous le règne du sultan My Ismail, que les Ait Hdidou s’installèrent dans la haute vallée de l’assif Mellouln à 2000m d’altitude. Ils arrivèrent dans un mouvement migratoire sud / Nord et est / ouest et  se distinguent de leurs voisins montagnards par le mode de vie et la langue.

Après une de lutte acharnée contre Ait Atta, les Ait Hdidou, fraction de la confédération des Ait Yafeltnan, purent enfin construire leur premier village : Agoudal.

Les deux fractions des Ait Hdidou ( Ait Yaazza et les Ait Brahim ) ont su préserver intact, leurs traditions séculaires et élaborer entre elles un certain nombre de rapports sociaux, tels les liens de la parenté par mariage codifié des rapports spécifiques avec le monde extérieur.

Historique du  Moussem :

Selon le témoignage de certaines personnes âgées de la tribu des Ait Hdidou.  Les jeunes de la tribu ont pris l’habitude d’organiser une fête collective de mariage, à la fin  de chaque saison estivale. Les festivités sont grandioses quand la récolte est fructueuse.

Tout visiteur des tribus avoisinantes est bienvenu, chez les Ait Hdidou qui lui réserve accueil, gîte et hospitalité. Les jours de fête sont animés par la fameuse danse d’Ahidouss, Pour la tribu des Ait Hdidou  le moussem n’est pas un simple événement, c’est un rassemblement à triple vocation : commerciale sociale et religieuse.  Le sens du mot berbère Imilchil,

étymologiquement veut dire :

( Imi n 'Ukil ) en berbère   c’est à dire «la porte d’approvisionnement », vu que le lien du moussem serait autrefois comme marché d’échange de certains produits agricoles et d’artisanat entre les deux versants de l’Atlas.

Ce moussem est connu également ; chez les Ait Hdidou et les autres tribus périphériques sous l’appellation  « Agdoud n'Oulmaghni » ce qui veut dire «le rassemblement  d’Oulmaghni » en référence au saint Marabout, sidi Ahmed Oulmaghni dont la tombe repose sur la place du Moussem. Certains l’appellent également «souk Aame » le marché de l’année, vu que c’est la seule occasion, autrefois, de s’approvisionner une seule fois dans l’année sans jamais avoir recours à d’autres souks.

Mariage des Ait Hdidou :

 Forte ressemblance et infirme différence marquent ainsi la symbolique sociale chez ces deux fractions sœurs, qui forment la tribu des Ait Hdidou. Cette opposition entre ouverture et conservatisme se manifeste surtout et en particulier dans le mariage. Ce qui nous amènera à parler du célèbre Moussem des fiançailles.

Le mariage :                                                           

Le mariage collectif apparaît  comme un «vestige » des temps anciens du mode de vie agro-pastorale.

Au cours de cette  journée vous aurez l’occasion d’assister à la cérémonie des fiançailles avec toutes sortes de formalités que cela suppose. Les traditions ancestrales formeront la trame de cette union.

L’acte de mariage  : Après le consentement des futurs époux, les familles procèdent aux formalités du mariage, c’est ainsi que les Parents du jeune homme demandant la main de la jeune fille désirée par leur fils. L’établissement de l’acte du mariage peut se faire immédiatement, comme il peut être reporté jusqu’à la tenue du Moussem.

Le jeune époux ou son tuteur offre une dote symbolique à sa future femme, alors que le père de la fille se charge de l’achat de ses habits durant la 1ère année. Toute la tribu manifeste sa joie en participant à la cérémonie du mariage, caractérisée par les chants et danses pendant cinq jours de fête. Les invités peuvent se réjouirent de toute sorte de plats de la cuisine des Ait Hdidou, et particulièrement les différentes sortes de pain que nous décrivons ultérieurement. Mais aussi artisanat, vêtements, le site naturel, …

  

SPECIAL FESTIVAL DU MOUSSEM DES FIANCAILLES D'IMILCHIL :

 

Document complémentaire: ( Dossier voyage )

-          Mariage en milieu Ait  Yafelmane, Lakhssassiyne et autres mariages Berbères.

-          Us artisanat, costumes et coutumes des habitants d'Imilchil.

-          Présentation du haut Atlas central ( Beni Mellal – Imilchil )

-          Fiches techniques circuits.

3.Notre proposition:  Net de toute commission / Pension complète

-          Spécial Moussem (4j/3n)  Marrakech ( Fès – Casablanca / Supplément)   = 340 Euro.

-          Circuit (4x4) (8j/7n) + Moussem d'Imilchil.                                           = 480 Euro.

-          Randonnée pédestre (12j/11n) + Moussem Imilchil.                               = 700 Euro.

Le prix comprend :

-          Les nuits d'hôtel 3/4* en DP pour ( 1 et 2.

-          Les repas restaurants ou/et  pique-nique.

-          Le matériel bivouac et campement au lac à Imilchil.

-          Pension compléter Moussem (Pdj, Déj et Dîner +.

-          Le transport aller/Retour en (4x4) + transferts aéroport pour ( 1 et 2 )

-          Le guide accompagnateur, et  assistants, sécurité, staff agence.

-          Les excursions et visites  à Imilchil.

-          Taxes et services, notre assistance technique et logistique.

 

Descriptif du bivouac :

  • Bivouac Stable au lac :

- Hébergement :

Ensemble d’authentiques tentes bédouines aménagées au milieu des palmiers pour 2 à 6 personnes. L’aménagement intérieur garanti un très bon confort pour le couchage avec matelas posé sur tapis de sol et literie d’hôtel très complète.

- Restauration :

La restauration est assurée également sous tentes nomades avec un service soigné, personnel en tenue traditionnelle et menus variés (  1 entrée, 1 plat, 1 corbeille de fruits, thé et pâtisserie marocaines. Boissons et sodas sur place au bar ou au restaurant.

 - Sanitaire :

Un espace est réservé pour les douches avec eau chaude, les toilettes anglaises, lavabos.

  • Bivouac avec prestation VIP :

Une prestation supplémentaire VIP est proposée dans chaque tente et pour chaque client.

Elle comporte une présentation sur petite table : verre à eau, bouteille d’eau de 33 cl, cendrier et allumettes, fruits ou dates, lanternes et bougies, serviette et savonnette, kleenex.

 

  • Bivouac de luxe sur simple demande.

Liens web : www.google.com        ( Moussem Imilchil Maroc )

 

Dans BiblioMonde : Par Marie-Pascale Rauzier, Claire Tréal, Jean-Michel Ruiz

Libres femmes du Haut-Atlas ? : Les femmes de la tribu des Aït Hadiddou, berbères du Haut-Atlas central marocain ont une réputation de grande liberté entretenue par la légende qui entoure leur fête annuelle, le Moussem d'Imilchil appelé également « foire aux fiancés » (une approche ethnographique).

 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cet article ]
 
 Mises à jour
- " Le Moussem des fiançailles d'Imilchil " Articles Le 12/06/2006
 
 
 Rechercher
 
 
 Newsletter
 
 
 Tchat
 
 
Créer un blog gratuit avec KaZeo | Créer un site | RSS articles